Mon jugement est nul…

Le temps me démontre souvent que je suis vraiment nul pour juger les gens. À plusieurs reprises, lorsque je me suis fait une impression sur une personne, elle a été déformée par la suite. Je suis parfois agréablement surprise de m’être trompée…. Et des fois, c’est amer que je réalise mon erreur… Ça va dans les deux sens, malheureusement !

Ce qui me fait penser aux médias et à l’image qu’ils nous donnent parfois des personnalités politiques et des vedettes. En réalité, d’un peu n’importe qui, qui passe sous leur loupe. Parce qu’on aura beau dire que les médias sont objectifs, qu’ils livrent l’information de manière impartiale, dès qu’on aborde un sujet, c’est toujours avec un certain regard.


Durant le printemps érable, j’ai appris à détester fondamentalement plusieurs politiciens qui avaient, bien évidemment, une position différente de celle que je défendais.
Les médias ont contribué au développement de ma haine. (Haine, c’est un peu fort comme mot… Mais c’était mon état d’esprit de jeune fille de 20 ans, très indignée.)

Jeudi dernier, mon professeur de Lobbying et Relations Publiques, Patrice Ryan, a invité sa collègue, l’ancienne ministre de l’éducation, Michelle Courchesne. Et je suis restée surprise de la voir si humaine. (humaine, ça s’est le bon mot.) Au final, on oublie souvent que les gens desquels on entend parler et qu’on apprend à détester (Plus souvent qu’à leur tour : les politiciens ) sont des êtres humains.

Cette femme, est venue un jeudi soir, après sa journée de travail parler avec 14 étudiants afin de partager son savoir sur les instances gouvernementales. Afin que nous, jeunes universitaires, soyons plus apte à comprendre comment le tout fonctionne et ainsi nous aider dans nos futures carrières. La présentation était très naturelle, et elle m’a permis de comprendre beaucoup de concept vu en classe.

J’ai également compris que mon jugement n’était pas toujours (voir pratiquement jamais) bon. Qu’il ne fallait jamais oublier que derrière la personne publique se cache une vraie personne. Et qu’au final, qu’on grandissait beaucoup plus en acceptant de s’être trompé sur ses premières impressions, qu’en s’enferment dans son orgueil.

Attention ceci ne veut pas dire que je défends maintenant la position du gouvernement sur les frais de scolarité. Mais que je suis maintenant d’avis qu’on peut apprécier une personne, même si on n’est pas en accord avec ses idées politique. 

Quoi qu’il en soit, Madame Courchesne nous a dépeint un gouvernement qui est en train de s’isoler du monde extérieur. Dans un monde où la plus petite étincelle déclenche des brasiers sur les médias sociaux, les députés, qui sont au service du citoyen, refusent d’organiser des rencontres par peur d’être exposés.

Qui plus est, les membres du gouvernement, en s’enfermant dans leur bubulle de protection, s’entêtent à penser qu’ils ont la vérité et n’écoutent plus rien de ce qui se passe autour.

À l’assemblée National, on assiste à des échanges verbaux emplis de manque de respect, et même d’intimidation. On à qu’à réécouter l’extrait de la visite du Ministre Barette à Tout le monde en parle de dimanche dernier pour confirmer toute l’arrogance du gouvernement actuel. De plus, il aura fallu profiter de la tribune du plateau de l’émission pour permettre aux trois mères qui représentaient l’association Parents jusqu’au bout, de décrocher une rencontre avec le ministre de la Santé. Aujourd’hui, la seule arme dont disposent les citoyens pour influencer un gouvernement qui n’écoute pas, c’est d’aller sur des plateaux télévisés afin de passer par l’opinion publique pour parler du fait que cela fait des mois qu’ils tentent d’avoir une rencontre, sans jamais y parvenir. Si ça brasse assez, le gouvernement répond.

Comme le dit Madame Courchesne, « En politique, on doit être dans l’ensemble.» Et ce n’est pas ce qui se passe en 2016. Cette atmosphère de distance envers la population, de contrôle absolu ne reflète aucunement la société québécoise, et il est temps que cela change. Et ce changement selon elle, sera apporté par ma génération. Il paraîtrai qu’on serait plus informé et plus impliqué…

Je ne sais pas si c’est nous qui amènerons le changement, ce que je sais, c’est que j’ai énormément d’amis et de connaissance qui s’intéresse à la politique et aux enjeux de la société. Et qui tentent, petit à petit, d’améliorer le monde dans lequel ils vivent. Et pour cela, je leur tire mon chapeau, c’est beau de les voir aller et ce peu importe leur orientation politique. Je suis très fière de ma génération qualifier à tort par les plus vieux de génération d’égocentrique. Au contraire, ma génération essai très fort d’améliorer les choses pour la société. Alors, Bravo à eux !

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s